Logistique urbaine : dialogue entre municipalités et professionnels

Ville de Marseille

Monsieur Jean-Luc Ricca, Conseiller municipal délégué Circulation et Stationnement de la Ville de Marseille, se fixe comme objectif d’essayer d’améliorer la qualité de vie des habitants tout en préservant la compétitivité économique (et les emplois actuels) des professionnels de la livraison, qu’ils appartiennent à de petites ou grandes entreprises.

Le Cluster Paca Logistique accompagne la Ville dans cette démarche et, afin d’explorer toute piste de réglementation/action/aménagement contribuant à cet objectif et éviter toute décision contre-productive, une série d’entretiens et de visites va être programmée d’ici à mars.

Le but est de permettre à l’élu et au service de la Mobilité et Logistique Urbaines d’échanger avec les professionnels des différents segments de la logistique urbaine (et leurs syndicats) afin de bien appréhender la réalité du terrain et les pistes possibles d’amélioration.

12 janvier – Visite de la plateforme de Colis Privé à Vitrolles

20170112_071845_resized

Le Directeur de la plateforme de Colis Privé explique tout le process depuis l’arrivée des semis jusqu’à la livraison finale, avec un taux de 98,5 % de réussite. Un dialogue s’est ensuite engagé avec les livreurs présents sur les difficultés rencontrées sur Marseille. Le souhait que soient distingués les utilitaires de livraison, appelés à circuler très rapidement (5 mn en moyenne de durée de stationnement), de ceux d’autres catégories qui peuvent stationner plusieurs heures de suite a notamment été émis par les présents.

Pour pouvoir accéder au compte-rendu détaillé, pensez bien à vous connecter à votre espace privé ! 

20 janvier – Réunion avec la Ville de Marseille et des représentants de l’UPTEF

Après avoir décrit leurs activités, les représentants présents de l’Union Professionnelle du Transport Express de Fret exposent leurs difficultés au quotidien et font ensuite part de leurs attentes et de pistes leur paraissant intéressantes à explorer :

  • Libération des places de stationnement. Sur ce point, M. Ricca signale que, grâce notamment à l’aide accordée par le Conseil départemental à la Ville de Marseille, des systèmes intelligents de bornes visant à contrôler le stationnement seront installés sur 3 ans (pour un budget total de 500.000 €) sur des places réservées à la livraison dans l’hyper centre (rue Paradis par ex.). – Visibilité sur la politique qui sera menée à court et moyen terme en matière de véhicules propres, de restrictions éventuelles d’accès, de piétonisation.
  • Mise en place d’un « macaron » ou de « vignettes » réservés aux livreurs professionnels.
  • Autoriser la livraison dans les couloirs de bus, hors heures de pointe.
  • A proximité des zones piétonnisées, mise en place de « plateformes / parking à l’accès sécurisé » et disposant de prises électriques permettant un transfert vers des petits véhicules propres de type triporteurs.
  • Installation de « couloirs de livraison » bornés, à des emplacements stratégiques, permettant de garer 3 à 5 véhicules propres pendant 1 à 2 heures et qui serviraient de stock à des livreurs à pied. UPS décrit à cette occasion certaines des innovations testées dans d’autres grandes villes.

Pour pouvoir accéder au compte-rendu détaillé, pensez bien à vous connecter à votre espace privé ! 

Ville d’Aix en Provence

18 janvier – Réunion ouverte avec les transporteurs

Le 18 janvier, la Ville d’Aix organisait une réunion à destination des transporteurs, visant à engager un dialogue sur l’évolution des modalités d’accès pour les livraisons au centre-ville dans les années à venir et aboutir à plus de discipline.

Lors de son ouverture, Madame le Maire indique que, la ville étant très prisée et de plus en plus attractive, tous ses usagers doivent cohabiter harmonieusement. A ses yeux deux grands problèmes doivent être réglés d’ici 2018 : les livraisons en ville, qui génèreraient trop de pollution et de mouvements, et la propreté. Concernant les livraisons, une nouvelle réglementation doit entrer en vigueur très rapidement.

L’élu en charge de ce dossier, M. Chevalier, présente ensuite les évolutions envisagées d’ici à 2020 pour et hors zone piétonne, avant d’engager la discussion.

Lors des échanges sont émis plusieurs souhaits :

  • Celui d’un PTAC maximum fixé à 7,5 T ne peut être satisfait du fait de contraintes urbanistiques propres à certaines rues du centre-ville (30 à 40 %) qui ne peuvent l’accepter. En revanche, il pourrait être possible d’autoriser certains camions dépassant les 5,5 T à livrer en cœur de ville pour autant que leur tournée emprunte exclusivement les rues pouvant supporter un poids plus élevé. Une cartographie sera faite.
  • Faute de disposer de « hubs » assez proches du centre-ville, des expressistes plaident pour la mise en place en proche périphérie d’un espace sécurisé (avec des bornes de recharge) qui permettrait de réaliser le transfert des marchandises depuis les camions thermiques vers des véhicules de type électrique de plus petite taille.
  • L’organisation d’une réunion avec les commerçants.
  • Globalement il semble que la norme Euro 6 fasse consensus comme seuil au-delà duquel les véhicules seraient considérés comme trop polluants.

A l’issue de la réunion, Monsieur Chevalier invite les professionnels à lui faire des retours et des propositions dans les 15 jours, avant l’organisation d’une prochaine réunion.

Pour pouvoir accéder au compte-rendu détaillé, pensez bien à vous connecter à votre espace privé !