CONDUCTEUR ROUTIER DE MARCHANDISES

Description du métier

Domaine : TRANSPORT

: En déplacement à bord de son véhicule, en attente de chargement ou de déchargement sur les sites des transporteurs et logisticiens. Les trajets sont soit de courte distance (desserte locale, régionale) soit de longue distance (nationale et internationale). Il peut être amené à travailler de nuit et en fin de semaine (sauf conduite si réglementation d’interdiction de circulation le WE).

Quoi : Ce métier consiste à conduire un véhicule d’au moins 3.5 tonnes jusqu’à 44 tonnes (porteur ou ensemble articulé) pour assurer l’enlèvement, le transport et la livraison de tout type de marchandises. S’y ajoutent les manœuvres de cour et de mise à quai; les opérations d’attelage, de dételage et de béquillage. Au-delà de la conduite proprement dite, des tâches administratives et techniques peuvent compléter les missions du conducteur routier.

Comment : Le conducteur routier est garant de la sécurité de l’ensemble qu’il conduit ; le respect de la réglementation professionnelle (temps de conduite, temps de pause, durée quotidienne maximum de travail), des règles de sécurité et du Code de la Route sont impératives.
Il est amené à utiliser des moyens technologique de plus en plus évolués : GPS, électronique embarquée (par exemple logiciel de gestion des tournées) ;
Des compétences en conduite économique (ou conduite rationnelle) sont très appréciées par les employeurs.

Missions annexes : Responsable de son véhicule il est amené à effectuer l’entretien courant, des réparations de premier niveau et à diagnostiquer des dysfonctionnements (notamment concernant les équipements de sécurité) ;
Il peut être amené à charger et décharger lui même le véhicule et à remplir des documents administratifs.
Dans le cas de transport international la connaissance de langues étrangères est un atout.

Relation hiérarchique : le conducteur routier dispose d’une grande autonomie dans son travail mais rapporte au chef d’exploitation (gestion des temps de conduite gestion des plannings).

Formation requise

Permis C Permis E + attestations FIMO (Formation Initiale Minimale Obligatoire) ; FCOS (Formation continue obligatoire de sécurité)

Formation diplômante :

  • CAP conduite routière
  • BEP Conduite et Services
  • TP Conducteur du transport routier de marchandises

Certains transports nécessitent des habilitations et formations complémentaires (matières dangereuses)

Evolution de carrière

Chef de quai, agent d’exploitation, responsable de parc, affréteur routier.

Qualités requises

Il faut savoir supporter les contraintes horaires, les aléas de la circulation, garantir en permanence sa sécurité, celles des autres usagers de la route, celles du véhicule et de la marchandise transportée. Le conducteur routier doit faire preuve de patience et de sang-froid dans les conditions de conduite difficiles.

Ce métier requiert donc un sens développé des responsabilités ainsi qu’un très bon contact relationnel. En effet le conducteur routier représente l’entreprise qui l’emploie; la qualité des relations avec les personnels des entreprises qu’il dessert est fondamentale. Les temps d’attente parfois très longs pouvant générer des tensions.