Le transport combiné ou intermodal

Le transport combiné ou intermodal allie au moins deux modes de transport au sein d’une même chaîne. Il n’y a pas de rupture de charge de la marchandise car seul le contenant (caisse mobile, semi-remorque…) est transbordé d’un mode de transport à l’autre. La plus grande partie du trajet s’accomplit par voie ferrée, navigable ou maritime ; seuls les parcours initiaux et/ou terminaux sont effectués par la route.

Le transport combiné est une bonne solution, permettant d’optimiser une chaîne de transport multimodale en fonction du trafic, de la géographie et de la politique environnementale. Ce système tend à maximiser le tonnage transporté grâce à des plateformes d’échanges judicieusement situées.

Ce modèle d’organisation logistique basé sur l’utilisation de modes de transports dits massifiés présente plusieurs avantages :

  • Même si le transport combiné conserve des acheminements routiers, qui peuvent être assez importants et se faire dans des zones urbaines de circulation dense, ce transport permet une massification des flux et donc une minoration de la consommation d’énergie fossile ;
  • Il contribue à la décongestion des infrastructures routières (cependant la composante « ferroutage » se fait souvent en « saut de nuit », à des heures où la circulation est fluide, alors que les pré et post-acheminements se font en général en heures de pointe) ;
  • Il permet d’accroître la sécurité routière, en particulier dans les tunnels ou en cœur des villes ;
  • Il permet d’élargir l’hinterland des ports français et constitue donc un atout concurrentiel ;
  • offre un service alternatif et concurrent à l’offre routière pour des liaisons longues distances et permet d’améliorer la compétitivité de l’offre nationale du transport international ;
  • Pour les collectivités publiques, c’est un outil d’aménagement du territoire.