Les acteurs du report modal

Les acteurs du fret ferroviaire

Les différents opérateurs de transport combiné rail-route implantés en PACA

(Liste en cours d’enrichissement – page en construction)

  • Greenmodal Transport appartient à CMA CGM et transporte à la fois des conteneurs maritimes (75% de son activité en 2009) et des conteneurs continentaux/caisses mobiles. Cette société est née du regroupement de cinq métiers spécialisés dans le transport multimodal et les services associés. Elle offre donc diverses prestations de transport : Transport combiné (Rail-Route et Barge-Route) et transport routier. La société propose ses services ferroviaires à partir du chantier combiné de Mourepiane à Marseille et des terminaux de Eurofos et Seayard sur les bassins ouest du GPMM pour le transport par barge.
  • Naviland Cargo est un opérateur de transport combiné, spécialisé dans le transport de conteneurs maritimes. Naviland Cargo exerce les missions d’opérateur et commissionnaire de transport en associant les modes ferroviaires et routiers (ou barges) en une seule et même chaîne logistique. Son plan de transport s’articule autour de l’ensemble des ports majeurs en France et en Europe et notamment : les ports maritimes du Havre et de Marseille, Fos, Anvers et Rotterdam vers les pôles économiques ou industriels que sont Paris, Lyon, Strasbourg, Toulouse, Bordeaux, Lille.
  • Novatrans (Groupe Charles André) est un des deux principaux opérateurs de transport combiné en France. Les trains de Novatrans sont chargés de différents types de matériels (citernes, conteneurs maritimes, caisses mobiles, semi-remorque préhensible par pinces).
  • Froidcombi est spécialisé dans le transport combiné sous température dirigée. Le siège social de la société se situe à Avignon.
  • TAB/ T3M est une entreprise familiale basée dans l’Hérault (34) spécialisée dans le transport combiné pour caisses mobiles rail/route. Elle possède 4 sites à Saint-Jean-de-Védas, Saint-Thibery (Hérault), Créteil (Val-de-Marne) et Toulouse et dispose également de terminaux de combiné à Lille, Avignon, Toulouse, Bordeaux, Perpignan, Marseille (Mourepiane), Paris (avec trois bases) et Milan.
  • Combiwest est un opérateur privé de transport combiné rail-route. Créée en 2009 par des entrepreneurs bretons soucieux de préserver leur compétitivité et leur indépendance dans le réseau des transports, l’entreprise centre son activité sur le transport multimodal. La société a pour ambition de ré-ouvrir ou de créer des lignes de transport combiné à destination des grands bassins de consommation français et de nouer des partenariats avec d’autres opérateurs pour prolonger ces lignes au-delà des frontières. Combiwest a d’ailleurs annoncé en juin 2015 avoir signé un partenariat avec MetroCargo Italia (MCI) pour relier le Grand Ouest à l’Italie. Metrocargo Italia, commissionnaire de transport italien, exploite en effet depuis deux ans un service ferroviaire entre Parma (Regione Emilia Romagna) et Miramas (Bouches du Rhône).

Les entreprises ferroviaires en Paca

(liste en cours d’enrichissement – page en construction)

  • SNCF Logistics

Depuis le 01 janvier 2015 et suite à la mise en application de la loi du 04 août 2014, SNCF Mobilités assure l’ensemble des activités d’exploitation des services de transport ferroviaire qui étaient anciennement celles de « l’opérateur historique » SNCF. Branche de SNCF Mobilités, c’est aujourd’hui SNCF Logistics, qui assure les activités de transport de marchandises et de logistique du groupe.

  • VFLI

Créée en 1998, VFLI appartient au groupe SNCF Geodis, branche de SNCF Logistics. La société organise et réalise le transport de marchandises pour le compte de ses clients. Elle assure son service depuis des sites industriels, des chantiers mais également dans le cadre de trafics plus réguliers (bois, céréales, déchets…). VFLI assure notamment depuis 2012 en collaboration avec RDT13 la partie française de la liaison Miramas – Castelguelfo-Parma et Mortara-Pavia en Italie.

  • Eurorail

Au travers de son réseau OFP RégioRail, Eurorail propose des solutions de wagon isolé et de train complet point à point dans toute l’Europe. L’entreprise conçoit et assemble diverses solutions et prestations pour ses clients au travers de ses agences et filiales.

La société propose également une offre en transport routier pour assurer les derniers kilomètres au départ et à l’arrivée de ses platefomes logistiques.

La société est notamment basée dans les Bouches-du-Rhône où, depuis sa plateforme embranchée fer de Fos-sur-Mer, elle propose des prestations logistiques et un transport par fer des marchandises.

Les Opérateurs Ferroviaires de Proximité

(liste en cours d’enrichissement – page en construction)

La capacité des entreprises à accéder à un mode ferroviaire local performant est une condition essentielle de leur compétitivité. C’est un élément clé de l’attractivité des territoires, des ports et des bassins d’emploi. Enfin, c’est un facteur d’entraînement décisif vers des pratiques de développement durable. Véritables PME ferroviaires, les OFP ont pour objectif de mutualiser les flux et de créer des convois mono ou multi clients ou multi lots, au sein d’un territoire ou d’un port. Acheminés vers des plateformes d’échanges, ils seront repris par des opérateurs à longue distance.

http://www.objectif-ofp.org/

L’émergence des OFP s’est faite en 2009 à l’occasion de l’engagement national pour le fret ferroviaire où était inscrit comme l’une des huit priorités, le développement des OFP. L’État entendait ainsi donner une nouvelle dynamique au fret ferroviaire en facilitant la création d’entreprises/PME ferroviaires pour desservir les territoires et les zones portuaires avec des organisations plus légères et adaptées au contexte actuel (source : fiche DGITM L’engagement national pour le fret ferroviaire – mars 2012).

À l’origine de 4 % des tonnages traités sur le Réseau ferré national, les opérateurs ferroviaires de proximité et portuaires ont démontré la pertinence de leur modèle économique. Leur développement pourrait être accéléré mais dans l’immédiat, les OFP participent déjà à la relance du trafic diffus.

Ces opérateurs assurent désormais l’acheminement des wagons sur les parties terminales – les plus coûteuses en valeur relative – afin de permettre à ces envois de trouver leur place dans le système d’acheminement inter-triage (ou inter-hubs) pour lesquels seuls les opérateurs nationaux disposent des moyens et des organisations susceptibles de couvrir un plus vaste territoire. Le rôle de ces OFP est donc de mutualiser les moyens et des créer des synergies locales pour organiser la massification du fret émanant du territoire : http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/sites/lgvpaca.fr/files/gtt/fret-biblio/ofp_paca_jonction-dreal_mai2009_119p.pdf

  • RDT 13 

Seule régie départementale de France à posséder un statut d’entreprise ferroviaire, la RDT 13 a confirmé ce titre en 2011 en obtenant la licence ouvrant au Réseau Ferré National. Elle opère un rôle essentiel d’opérateur ferroviaire de proximité, consolidant ainsi les maillons du fret ferré, mode écologique et économique du transport de marchandises. Son Pôle Ferroviaire propose trois prestations complémentaires :

  • Traction ferroviaire
  • Maintenance infrastructures
  • Maintenance Matériel roulant

La RDT13 possède trois lignes privées (Barbentane – Plan d’Orgon, Arles – Fontvieille, Pas des Lanciers – La Mède) et réalise une grande partie de son activité dans les Bouches-du-Rhône. Elle assure également l’entretien de son réseau (plus de 70 km de voies) et celui du GPMM (plus de 60 km de voies).

  • Régiorail (ex TPCF Fret)

Le premier OFP français (2011), TPCF Fret a étendu son périmètre à l’arc méditerranéen en mars 2012 en devenant Régiorail grâce à son rapprochement avec le logisticien Eurorail France.

Régiorail est un opérateur fret de proximité, positionné en Languedoc-Roussillon et dans plusieurs autres régions françaises (Régiorail Lorraine et Régiorail Champagne Ardennes). À l’origine de ce projet, Eurorail, une entreprise belge, et un américain Railroad Development Corporation. Après s’être développé d’abord en Languedoc-Roussillon, sur la ligne St Martin-Lys Rivesaltes, cet OFP a élargi son champ d’action. Celui-ci couvre désormais une large partie sud du territoire, les points extrêmes desservis étant Toulouse et Saint-Gaudens au Sud-Ouest, et Miramas, Fos-sur-Mer et Le Cheylas au Sud-Est. Plus récemment, la mise en place d’une navette ferroviaire entre les bassins ouest et est du GPMM  a permis à Régiorail Provence de voir le jour.

  • Ferovergne

Crée en 2010 sous l’impulsion du groupe Combronde (transport & logistique), l’opérateur Ferovergne réalise, organise et commercialise des prestations logistiques articulées autour de l’offre ferroviaire et des prestations routières associées. Souhaitant répondre à la demande d’entreprises auvergnates, la société basée près de Clermont-Ferrand, propose des services en direction du Havre et de Fos-sur-Mer depuis son terminal de Gerzat (source : site internet de ferovergne).

  • Bourgogne Fret Service

Issue d’un groupement entre Europorte (entreprise ferroviaire) et Cerevia (Union des coopératives céréalières), Bourgogne Fret Service a été créé fin 2012. Ce nouvel OFP permet de former des convois d’un ou plusieurs clients de l’agroalimentaire mais aussi du bois et de la métallurgie entre Venarey-les-Laumes en Côte d’Or et Port-Saint-Louis-du-Rhône (source : site internet de Europorte).

Les acteurs du fluvial

Les gestionnaires d’infrastructures et acteurs clés

  • Le Grand Port Maritime de Marseille-Fos

Situé au sud de la Vallée du Rhône, le GPMM se positionne comme la porte Sud de l’Europe proposant une offre de transport quadrimodale : fer, mer et route sur les deux bassins et fleuve sur les bassins ouest à Fos-sur-Mer.

Le trafic fluvial du port a connu une hausse significative de son trafic depuis quelques années. À la fin mai 2015, le trafic fluvial de conteneurs est en hausse de 3% soit une augmentation de 22% par rapport à 2013.

La part totale du fluvial est ainsi de 3,2 millions de tonnes représentant plus de 45% du trafic fluvial total de l’axe Rhône-Saône. Avec 96 000 EVP soit un peu plus de 1 million de tonnes, il représente le double d’il y a 10 ans (source VNF).

La part modale du transport fluvial s’élevait en 2014 à 9%. Dans son nouveau projet stratégique (période 2014-2018), le port ambitionne d’améliorer cette part à 10% d’ici 2030, les efforts se concentrant davantage sur l’augmentation de la part modale du fer sur les deux bassins (de 8% aujourd‘hui à 20% en 2030).

  • Le port d’Arles

Le port d’Arles est une plate-forme multimodale gérée par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Pays d’Arles. Cette infrastructure est située en rive gauche du Rhône au nord d’Arles, au sein d’un site industriel et portuaire destiné à l’implantation d’entreprises.

L’activité du port, qui connaît une hausse régulière (+6% du CA en 2013 par rapport à 2012), est constituée uniquement de fret en conventionnel (c’est-à-dire non conteneurisé). Le tonnage annuel varie entre 480 000 et 500 000 tonnes. Le transport fluvial représente environ 20 % des flux enregistrés sur la plate-forme arlésienne. Tous les types de barges fluviales ont accès au port d’Arles, de la péniche Freycinet de 250 t au convoi poussé de 2 barges de 4 400 t.

Le port dispose de 2 terminaux distincts :

  • le terminal sud pourvu d’un quai de 220 m associé à un terre-plein de 3 ha.
  • le terminal nord qui fait l’objet d’un projet de 7,5 millions d’euros qui portera d’ici l’été 2014 le linéaire de quai de 80 à 180 m et le terre-plein de 0,5 à 2 ha.

Embranché au Réseau ferré national, il peut ainsi proposer à ses clients une offre quadrimodale : route avec le raccordement à l’A7 et l’A9, le fer sur la ligne Lyon – Marseille, le fleuve en étant sur une voie grand gabarit entre Port-Saint-Louis-du-Rhône et Pagny et la mer puisque le port d’Arles est en mesure d’accueillir des navires fluviomaritimes.

  • Le port du Pontet (Avignon)

Exploité depuis 1961 par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Vaucluse, le port fluvial du Pontet, au nord d’Avignon, a bénéficié en 2012 du renouvellement de sa concession pour une durée de 30 ans. Le site, propriété de Voies navigables de France (VNF), bénéficie :

  • de la proximité d’importants axes de communication
  • de la présence de nombreux groupes internationaux
  • d’un bassin de population d’un million de personnes

Le port fluvial est spécialisé dans la manutention de produits en vrac. Situé sur une zone de 7 ha, il est équipé d’installations permettant de traiter un trafic fluvial de plus de 200 000 tonnes mais également d’offrir tout un ensemble de services destinés aux entreprises.

  • La Compagnie Nationale du Rhône

La Compagnie Nationale du Rhône (CNR) est créée en 1933 sur le modèle d’une société d’économie mixte où se côtoient intérêts publics et privés, une  première en France. Elle reçoit de l’État en 1934 la concession du plus puissant fleuve français pour l’aménager et l’exploiter selon trois missions solidaires : production, navigation, irrigation et autres usages agricoles.

Concepteur et exploitant des centrales hydroélectriques, barrages et écluses du Rhône, la CNR a également réalisé sur le fleuve des sites industriels et portuaires, des ports de plaisance, des haltes nautiques et des zones de loisirs. Elle aménage, équipe et exploite des plateformes portuaires multimodales et accompagne les entreprises dans leurs projets de développement, qu’ils passent par une implantation le long du fleuve et/ou l’utilisation d’une logistique eau/fer/route.

À noter que, suite à la libéralisation du marché de l’énergie en France (loi du 10 février 2000), la CNR est actuellement le 1er producteur national d’énergie 100 % renouvelable et 2ème producteur français d’électricité.

Concessionnaire du Rhône, la CNR gère la navigation sur le fleuve et agit en faveur de son développement comme mode de transport alternatif, outil de développement des territoires. De la modernisation du réseau fluvial aux importants travaux de restauration des ouvrages, la CNR s’implique depuis de nombreuses années en faveur du développement de la voie d’eau.

  • Voies navigables de France (VNF)

Créé en 1991, succédant à l’Office national de la navigation, Voies navigables de France est chargé de gérer la majeure partie du réseau des voies navigables de France et dont la tutelle de l’État est exercée par la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

VNF gère, exploite, entretient, modernise et développe le plus grand réseau européen de voies navigables, composé de 6.700 km de canaux, fleuves et rivières navigables en France, de 40.000 hectares de domaine public fluvial le long de ces voies et de plus de 4.000 ouvrages.

L’établissement contribue également au développement des activités fluviales, qu’elles soient liées au transport ou au tourisme. Depuis 2012, VNF peut aussi produire de l’électricité, à condition de ne pas nuire à la navigation.

  • Medlink Ports

Dans le cadre des enjeux de la transition énergétique visant à lutter contre la saturation des axes routiers de la vallée du Rhône, le Grand port maritime de Marseille (GPMM), la Compagnie nationale du Rhône (CNR), Voies navigables de France (VNF) et les ports du bassin Rhône-Saône ont créé en janvier 2015 une nouvelle association « l’Agence de développement Medlink Ports » chargée de promouvoir le transport fluvial de marchandises et de développer l’offre multimodale des plateformes portuaires sur l’ensemble du bassin Rhône-Saône (plus d’informations : http://www.medlinkports.fr/).

med_link_ports

Les opérateurs et armateurs fluviaux en Paca

  • LOGIRHÔNE

En janvier 2008, le groupe LOGISEINE a élargi son offre de transport combiné en créant LOGIRHÔNE, un service desservant l’axe rhodanien entre le port de Fos-sur-Mer et Lyon,  qui a repris l’activité d’Alcotrans qui datait de 2004. Opérateur privé de transport combiné fleuve / route sur le Rhône entre Fos, Valence et Lyon, LOGIRHÔNE met en œuvre 3 navettes hebdomadaires d’une capacité allant jusqu’à 288 EVP chacune.

En 2012, cet opérateur a traité 39.600 EVP. En 2013, la croissance a été de l’ordre de 11 % (soit environ 44.000 EVP).

Logirhône fait du port to door ou door to port (grâce à des solutions routières de pré-post acheminement) de conteneurs maritimes 20 et 40’ dry et High Cube avec les régions Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté et Suisse. Il utilise les ports de Marseille-Fos (terminaux Eurofos et Seayard), Valence (CCI Drôme) et Lyon Terminal qui sont équipés en moyens de manutentions, de parcs sécurisés et sous douane.

D’autres ports présentant les mêmes caractéristiques font actuellement l’objet d’études pour des développements futurs, tant en conteneurs maritimes qu’en conteneurs européens : le port d’Arles, Aproport Macôn, Chalôn sur Saône et Pagny. Ils pourraient constituer des leviers très importants pour le report modal et les activités futures de Logirhône.

  • Greenmodal

Société née du regroupement de cinq métiers spécialisés dans le transport multimodal et les services associés, dont River Shuttle Containers (RSC), Greenmodal Transport assure trois départs hebdomadaires sur la Seine et le Rhône depuis Fos-sur-Mer avec des escales sur la Saône.  Les services fluviaux de Greenmodal concernent 8 villes françaises.

En complément d’une offre fluviale, la société propose une offre de transport ferroviaire et routier. Greenmodal peut ainsi proposer jusqu’à trois modes de transport pour l’acheminement des marchandises.

  • Compagnie fluviale de transport (CFT)

Créée en 1988 à l’initiative des armements SOGESTRAN et SANARA, CFT est spécialisée dans le transport fluvial industriel. Historiquement basée au Havre, la société est aujourd’hui présente sur l’ensemble du réseau navigable français.

Sur l’axe Rhône-Saône, les convois sont spécialisés dans le transport de produits délicats (benzène, méthanol, gaz liquéfiés, conteneurs) mais assurent également le transport de marchandises plus traditionnelles telles que les céréales, les produits métallurgiques ou encore les sels. Le groupe assure des liaisons nord-sud de plus de 500 km entre la ZIP de Fos-Lavéra et le terminal portuaire de Pagny.